Carte des MNIE

Bonne visite au coeur du patrimoine naturel du Pays de Rennes !



Une volonté de prendre en compte la biodiversité dans l’aménagement du territoire depuis quarante ans

Sur le territoire rennais, la prise en compte du patrimoine naturel est une volonté politique forte qui a débuté dès les années quatre-vingt. Les élus du territoire, conscients que la connaissance était un préalable à une bonne prise en compte de la biodiversité, ont souhaité se doter d’outils pour pouvoir l’intégrer à leurs politiques d’aménagement. Cette intuition historique a pris de l’importance en s’étendant en terme de territoire couvert (de quelques communes au sud de Rennes en 1986 à l’ensemble du Pays de Rennes depuis 2007), mais aussi réglementaire, passant d’un outil de connaissance et d’aide à la décision à un outil de préservation de la biodiversité ayant une portée réglementaire avec le SCOT.

L’invention d’un outil local : les MNIE

C’est ainsi qu’est née la politique des Milieux Naturels d’Intérêt Écologique. Ces « pépites naturelles » sont mises en réseau au sein de la trame verte et bleue, véritable infrastructure écologique assurant les possibilités de dispersion de la vie sauvage. Au travers de cette approche s’appuyant sur des expertises scientifiques et naturalistes, le territoire a su se doter d’une connaissance très fine de son patrimoine naturel exceptionnel. La politique des MNIE a pris un tournant autour des années 2000, intégrant pleinement la nature plus ordinaire grâce à l’identification des grands ensembles naturels (GEN), essentiels au fonctionnement écologique du territoire et à la mise en réseau des milieux naturels d’intérêt écologique. Cette connaissance fine des GEN offre une vision de la trame verte et bleue fonctionnelle qui assure aux espèces sauvages des conditions favorables à leur maintien sur le territoire, avec des possibilités de gite et de dispersion. Les éléments de connaissance sur les GEN seront mis à disposition très prochainement sur cet outil de consultation numérique.

Definitions :
• Milieux Naturels d’Intérêt Ecologique (MNIE) : milieux naturels d’intérêt écologique qui hébergent des habitats naturels remarquables et/ou des espèces végétales ou animales rares et menacées.
Sites relativement homogè­nes constitués par un ou plusieurs habitats naturels et présentant un intérêt marqué pour la faune et la flore. Ils sont définis à la suite d’une expertise scientifique et naturaliste de terrain qui intègre la rareté des habitats naturels à l’échelle locale ou régionale, la présence d’espèces faunistiques ou floristiques protégées ou menacées.
• Grands ensembles naturels (GEN) : espaces favorables pour la faune et la flore et se distinguant des zones urbaines ou agricoles intensives : ensembles de nature plus ordinaire que les MNIE, compo­sés d’un complexe de milieux contigus, en général faiblement artificialisé : cours d'eau bordés d’une ripisylve, prairies perma­nentes plus ou moins humides, bosquets et bois ordinaires, étangs et mares, zones de bocages continues, etc. Ils jouent un rôle de corridor écologique.
• Trame verte et bleue (TVB) : outil de préservation et de valorisation de la biodiversité visant à favoriser la fonctionnalité des milieux naturels et le déplacement des espèces dans une optique durable. Elle est constituée par les réservoirs de biodiversité d’une part (espaces d’une grande diversité et de concentration des espèces sur le territoire) et par les corridors écologiques qui les mettent en relation d’autre part. La TVB du Pays de Rennes est constituée par les continuités naturelles majeurs, basées sur les grands ensemble naturels du Pays. Elles intègre également les principaux milieux naturels patrimoniaux (Natura 2000, ZNIEFF, MNIE) et les vallons.


Le Pays de Rennes est caractérisé par des milieux diversifiés

Aujourd’hui, près de 600 MNIE sont identifiés sur le Pays de Rennes couvrant une surface de plus de 14 000 hectares (10,2 % du territoire). Les MNIE offrent des habitats naturels diversifiés. Si les boisements dominent en surface (forêt de feuillus…), de nombreux autres types de milieux sont présents : des zones humides, des étangs, quelques milieux tourbeux, des landes, des zones calcaires (rares pour la Bretagne)… et abritent une richesse remarquable.

Peu d’habitats naturels et d’espèces végétales exceptionnels à l’échelle nationale sont présents, mais la plupart des sites retenus présentent des cortèges floristiques intéressants d’un point de vue départemental. Ce sont principalement des plantes de prairies humides, de milieux boisés, tourbeux, de landes ou de terrains calcaires. Ces milieux abritent une faune comprenant de nombreuses espèces protégées, mais peu d’espèces d’oiseaux en danger, vulnérables ou rares. Certains groupes faunistiques moins bien répertoriés sont en régression : batraciens, certains passereaux, chauve-souris. Les MNIE sont des refuges pour ces espèces au sein d’un territoire de plus en plus artificialisé, notamment en raison de la forte dynamique de croissance démographique.

image1 image2


Une connaissance actualisée régulièrement

Les milieux naturels pouvant évoluer dans le temps (en lien avec la dynamique naturelle, une évolution de gestion, une modification des conditions stationnelles - topographie, sols, hydrologie, etc. …), les inventaires des MNIE sont mis à jour régulièrement. Ainsi, depuis l’approbation du SCoT en 2007, plusieurs campagnes de mises à jour des MNIE ont été réalisées : en 2010, mise à jour sur 50 % du territoire ; en 2013 inventaire sur les nouvelles communes ayant intégré le SCoT ; en 2015, mise à jour sur 31 communes ; en 2019, inventaire sur les 4 nouvelles communes ayant intégré le SCoT. Cette actualisation des MNIE permet d’assurer le suivi des sites et donc leur mise à jour. Ces études peuvent également amener au constat d’apparition de nouveaux sites ou, à contrario, mais plus rarement, à la disparition d’autres. Ce travail en continu permet de tenir à jour l’information concernant ces sites naturels à préserver au sein du territoire du Pays de Rennes. Le Pays de Rennes s’appuie sur l’expertise de l'agence d’urbanisme (Audiar) pour l’accompagner dans la mise en œuvre de cette politique territoriale. Des bureaux d’études spécialisés réalisent le travail d’inventaire de terrain et les associations naturalistes locales y sont associées.


image1 image2


Une anticipation de la planification des trames vertes et bleues

Les lois Grenelle de l’environnement (2009 et 2010) rendent cette approche « trame verte et bleue » obligatoire. Elles trouvent leur traduction dans les documents d’urbanisme et au travers de l’élaboration des Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE-2015), intégré depuis au Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET). Ces orientations vont dans le sens de la loi-cadre sur la biodiversité(2016). Avec la connaissance fine des milieux et du fonctionnement naturel du territoire, le Pays de Rennes apporte une contribution forte à la prise en compte de ces enjeux sur son territoire.

Les orientations DU SCOT pour la prise en compte des MNIE

Extrait du Document d’orientation et d’objectifs p.33 - Protéger les MNIE
Ces espaces doivent être protégés strictement, en évitant toute construction, pour préserver leur richesse biologique. Néanmoins, dans les MNIE les plus vastes (grands massifs forestiers, étangs de la Prévalaye, etc.) ou présentant des enjeux bien identifiés et reconnus (patrimoniaux, touristiques, de loisirs et d’accueil du public, de développement des énergies renouvelables) des équipements en rapport avec ces enjeux ou la vocation économique (exploitation de la forêt) peuvent être admis s’ils ne remettent pas en cause le caractère et les fonctionnalités naturelles de ces milieux. Les MNIE peuvent être intégrés à des opérations d’urbanisme dans une logique de projet qui concilie la prise en compte de leur caractère, de leurs fonctionnalités et le projet urbain. Dans tous les cas, une gestion appropriée à la pérennité du milieu concerné sera recherchée. Cette gestion sera cohérente avec les documents de gestion des sites Natura 2000 (DOCOB). Les documents d’urbanisme assureront la préservation de ces milieux par des dispositions édictées à cette fin. Afin d’aider les communes à décliner la mise en œuvre des mesures permettant la préservation des MNIE à une échelle plus fine, le Pays de Rennes met à disposition un Atlas des MNIE, qui offre une délimitation précise de ces milieux et dont les mises à jour régulières permettent une prise en compte de leur nature évolutive.


Une volonté de diffuser cette connaissance

Le Pays de Rennes a la volonté de partager et de diffuser cette connaissance, au-delà de sa contribution en matière d’urbanisme. Pour aller plus loin dans la préservation de sa biodiversité, le Pays de Rennes a ainsi réalisé un guide de gestion des MNIE , apportant les principales connaissances en matière d’outils à disposition et quelques recommandations de gestion favorable à la protection de la biodiversité. De la même manière, pour donner à voir concrètement la biodiversité du territoire, le « trombinoscope des espèces patrimoniales du Pays de Rennes » permet de découvrir en photos les principales espèces protégées et/ou menacées (oiseaux, amphibiens et reptiles, chauve-souris, flore…).

image1 image2

Cette connaissance des MNIE est dorénavant accessible pour tous en ligne grâce à cet outil de consultation numérique : localisation, habitats naturels, fiche descriptive. Bonne promenade virtuelle dans les richesses naturelles du territoire du Pays de Rennes. Et dans une version à venir les GEN ...

Notes : L’Atlas papier est mis à jour régulièrement et constitue le document auquel les documents d’urbanisme doivent se référer pour délimiter les zonages de protection adaptés aux MNIE. Il présente, pour chaque commune, une synthèse cartographique des MNIE qui ont vocation à être préservés strictement et mis en valeur comme un des éléments contribuant au maintien de notre biodiversité locale au titre du SCoT. (Atlas pdf)


Pour aller plus loin :
Accéder à la carte